Promo ! La Côte-d'Or de la Préhistoire à nos jours Agrandir l'image

La Côte-d'Or de la Préhistoire à nos jours

CO/007

18 x 24 cm • 476 pages • Relié
ISBN : 978-2-903504-43-4
Parution : Juin 1996
Collection Hexagone

Plus de détails

25,00 €

44,97 €

-19,97 €

Ajouter à ma liste

En savoir plus

Le vaste territoire de la Côte d'Or se présente comme le carrefour des zones méditerranéenne, atlantique et germanique. Héritier du puissant Duché de Bourgogne, d'une vie religieuse marquée par la naissance de la réforme de Cîteaux, le département traverse vaillamment la période des conflits post-révolutionnaires.


Le XIXe siècle vit d'abord la période faste d'une croissance démographique conjuguée à un développement économique remarquable, et à l'incomparable prospérité du vignoble à l'époque du Second Empire. Vignoble que la IIIe République allait voir dévasté par le phylloxéra, tandis que l'effondrement de la sidérurgie et le déclin démographique composent un sombre tableau de la « Belle Epoque » côte-d'orienne.


Les décennies qui suivirent n'ont pas épargné la région, entraînée comme toutes les autres dans le tourbillon de l'histoire nationale. De nos jours, la Côte-d'Or se caractérise par une forte prédominance du tertiaire, mais l'essor de l'agglomération dijonnaise favorise celui du département, au sein de la région.


Autour de Pierre Lévêque, professeur émérite d'histoire contemporaine à l'université de Bourgogne, qui a dirigé l'ouvrage, sont rassemblés les auteurs :


  • Jean-Bernard Charrier, professeur de géographie à l'Université de Bourgogne,

  • Jean-Paul Thévenot, Conservateur général du Patrimoine,

  • Jean-Pierre Nicolardot, Docteur en Préhistoire, Docteur en histoire,

  • Michel Mangin, Professeur émérite d'archéologie à l'Université de Franche-Comté.

  • Chanoine Jean Marilier, Historien, Conservateur des Antiquités et Objets d'art de la Côte-d'Or,

  • Jean Richard, Membre de l'Institut, Professeur émérite d'histoire médiévale à l'Université de Bourgogne,

  • André Leguai, Professeur émérite d'histoire médiévale à l'Université de Bourgogne,

  • Christine Lamarre, Professeur d'histoire moderne à l'Université de Lyon

  • Daniel Ligou, Professeur émérite d'histoire moderne à l'Université de Bourgogne.

Un extrait



Le siège d'Alésia


L'oppidum des Mandubiens – l'actuel Mont-Auxois sur la commune d'Alise-Sainte-Reine- est situé dans une position exceptionnelle, contrôlant un des itinéraires obligés qui relient la Méditerranée à la Manche par les vallées qui découpent en lanières les plateaux de l'Auxois, à 30 km au nord-ouest du col de Sombernon, ligne de partage des eaux entre les deux mondes. Le site lui-même est impressionnant. La surface tabulaire de 197 hectares, bien dégagée des plateaux environnants, est couronnée par une corniche calcaire de 10 à 30 m de hauteur et domine la vallée de la Brenne (la plaine de 3 000 pas de César) et les vallées latérales de l'Oze et de l'Ozerain, de plus de 150m. Ces défenses naturelles qui la font qualifier par César d'inexpugnable, sont complétées, à l'est et à l'ouest, par des défenses artificielles dont d'importantes sections ont été récemment explorées. Avec les pieds des versants qui l'entourent en formant un balcon qui domine le fond des vallées de plus de 70m, cet oppidum est un des plus vastes du monde celtique. L'eau y abonde, tant sur le plateau lui-même où coule une source dont Moritasgus est le gardien, qu'à l'affleurement des marnes sur le pourtour de la corniche. Ni l'eau, ni la place ne manquaient donc pour les 80 000 hommes de Vercingétorix, même grossis provisoirement de la population environnante, d'autant plus que dans un premier temps l'armée gauloise occupait très largement le pourtour oriental du plateau en y installant son camp.


30 autres produits dans la même catégorie