Origine des noms de villes et villages, Charente-Maritime Agrandir l'image

Origine des noms de villes et villages, Charente-Maritime

JMC/013

14 x 21 cm • 348 pages • Broché
ISBN : 978-2-913471-65-8
Parution : Novembre 2002
Collection : Origine des noms

Plus de détails

18,96 €

Ajouter à ma liste

En savoir plus

Terre de passage et de brassage depuis l'époque gallo-romaine, la Charente-Maritime est riche des origines variées de ses noms de villages et de villes. Ce livre les dévoile toutes, une à une, en parcourant entièrement le territoire.


Manière de garder le fil de la mémoire, de mieux comprendre là où l'on vit, sous la férule éclairée de linguistique et d'histoire des deux auteurs.


Jean-Marie Cassagne, qui a publié différents livres de linguistique tant en France qu'à l'étranger, et Mariola Korsak, diplômée en linguistique et philologie romane, ont écrit ensemble ce livre.


Un extrait



Trousse-Chemise : ce site, le plus célèbre de l'île de Ré, immortalisé par une chanson d'Aznavour, doit son nom à sa proximité du fier (gué) de Loix, que l'on pouvait traverser à pied à marée basse.
Il restait cependant toujours un peu d'eau et pour éviter de mouiller les vêtements, il fallait trousser (remonter) sa chemise; se souvenir également qu'autrefois, ce qu'on appelait « chemise » possédait des pans autrement plus longs qu'aujourd'hui.


Le toponyme peut aussi évoquer des femmes troussant leur chemise avant d'entrer dans l'océan pour y travailler ou y ramasser des coquillages.


Citons aussi, pour l'anecdote, trois théories étymologiques formulées autrefois pour expliquer le nom du lieu.
L'une dit que le bois était ainsi appelé à cause du vent qui y souffle à certaines époques de l'année et qui trousse les chemises. L'autre explique que le bois de Trousse-Chemise était l'endroit où les hommes allaient trousser leur fiancée. La troisième raconte que les femmes de l'île de Ré allaient sur la plage lorsque passait un navire et qu'elles troussaient leur chemise pour dévoiler leur anatomie ; les marins déroutaient leurs embarcations et venaient se fracasser sur les rochers. Il ne restait plus ensuite aux dames qu'à piller les embarcations.



On en parle


• L'Hebdo de Charente-Maritime du 2 juillet 1998, Christiane Valmalle


“Un ouvrage qui, par son caractère anecdotique et panoramique, s'adresse à tout un chacun.”

30 autres produits dans la même catégorie

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...