Ultime dégringolade Agrandir l'image

Ultime dégringolade

MM/003

14,5 x 21 cm • 272 pages • Broché
ISBN : 978-2-916344-55-3
Parution : Avril 2010

Plus de détails

Ce produit n'est plus en stock

17,06 €

17,06 €

Ajouter à ma liste

En savoir plus

On ne touche pas à la famille !


Telle une marmotte délogée par une armée de chasseurs, Barbara accepte de sortir de sa tanière pour rendre service à sa nièce. Pourtant, lorsqu'on occupe un poste à haute responsabilité à New York et qu'on a allègrement dépassé la quarantaine, on aspire à un minimum de tranquillité. En proie à un terrible conflit de loyauté, Barbara va croiser certains fantômes de son passé. Transsexuels paumés, amants en déroute... pourtant certaines rencontres troublantes ne lui appartiennent pas et c'est là, dans cette incompréhension, que naîtra une partie de l'énigme.


Machination, perversion, suspense... Encore une histoire parfaitement maîtrisée par Maryse Maligne qui vous entraîne au cœur d'une action où se mêlent sentiments et déraisons, à la limite du réel.


Après Sauvage, son précédent roman, Maryse Maligne nous plonge une fois de plus dans l'univers du thriller psychologique.


Un extrait



Leroy était abasourdi par tant de froideur et de détermination et, s'il avait su que ses recherches risqueraient un jour de faire fantasmer des monstres en jupon, sûr qu'il n'aurait jamais publié ses premières conclusions.
Sa théorie reposait en grande partie sur l'invasion de l'espace-temps dans la conscience. Il avançait l'idée que certains individus étaient plus sensibles que d'autres aux particules présentes dans la lumière et que ces mêmes particules créaient des interférences qui ondulaient dans la conscience. Leroy pensait que certaines personnes étaient en proie à des résidus qui venaient brouiller le travail des cellules présentes dans le cortex et, en agissant sur ces mêmes cellules, il y avait une chance d'orienter à volonté les pulsions de l'être humain. Pour parler simplement, il s'agissait ni plus ni moins que de chercher à contrôler la volonté et donc les actes des êtres humains.
Jamais il n'aurait pu imaginer que le gouvernement osât passer ainsi au stade de l'expérimentation.
Il suivit Carla jusqu'à la morgue. À présent son fauteuil faisait un drôle de bruit et un peu d'huile de graissage n'aurait pas été inutile. Elle tira un tiroir où reposaient quelques cerveaux congelés en parfait état.
— Il s'agit de résidus de patients qui n'ont pas supporté les rayons, ils sont d'ailleurs morts assez rapidement. Nous pensons qu'il serait intéressant que vous analysiez leur cortex.
Leroy passa une nouvelle fois la main sur son crâne chauve.
— Ne m'en veuillez pas, mais il me semble que vous avez omis certains détails.
— Vous serez grassement payé, croyez-moi sur parole, le gouvernement sait se montrer généreux avec ses chercheurs, bien que je croie savoir que vous n'avez guère besoin d'argent.
— Je ne parlais pas de ça. J'aimerais savoir pourquoi la CIA, tout à coup, accorde autant d'importance à mes travaux.
— Considérez que ce n'est pas votre problème.
— Je vous demande pardon, mais le mot Ethique a-t-il un sens pour vous ?
— Que les choses soient bien claires Docteur ! Je me fiche complètement de ce qui peut arriver aux individus que vous venez de voir. Selon moi, ils ne méritent pas de vivre et, pour être franche, je préfère qu'on fasse des expérimentations sur eux que sur des rats qui n'ont rien fait d'autre que de naître rongeurs.



On en parle


• Sud-Ouest du 24 avril 2010



”Maryse Maligne écrit des polars, des vrais, avec des vrais méchants, des vraies fausses pistes,des vrais crimes bien moches et un vrai talent."


4 autres produits dans la même catégorie

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...